– Working Holiday Visa: Pour qui ? Quand ? Où ? Je vous dis tout-

– Working Holiday Visa: Pour qui ? Quand ? Où ? Je vous dis tout-

Hello les copains,
Vous êtes nombreux à me demander comment je suis partie en Australie, combien de temps j’y suis restée, avec quel visa, ce que j’y ai fait. Même si vous pouvez retrouver ici tous mes articles australiens je voulais aujourd’hui vous proposer un article plus informatif sur le PVT alias le permis vacances travail surtout appelé le Working Holiday Visa.

A qui s’adresse le Working Holiday Visa ?

A tous les jeunes de 18 ans à 30 ans voir 35 ans pour le Canada. En effet ce visa peut se demander jusqu’à l’année de l’âge limite du pays concerné. Pour certaines destinations il y a des quotas et donc il vous faudra bien anticiper votre demande. Hormis l’âge légal il faut également être en possession d’un passeport qui se doit d’être valide jusque 24h après votre date de retour minimum. Pour certains pays il vous sera demandé une assurance obligatoire et une somme minimum sur votre compte. Passé ces conditions, vous pouvez faire votre demande de Working Holiday Visa.

 

Quand partir ?

J’aurai tendance à vous répondre dès que vous le voulez mais je sais que ce n’est pas aussi simple. Alors je vous dirais plutôt de préparer autant que vous le pouvez votre voyage. Déjà parce qu’on ne part pas 1 an ou 2 comme on part 2 semaines. Ensuite parce c’est une aventure à part entière. Vous allez vous investir dans un pays qui n’est pas le votre. Et dans lequel les 3/4 du temps vous ne parlez pas la langue. Pour ce qui est de mon expérience personnel, l’idée a germé en janvier, j’ai fait faire mon passeport début février j’ai atterri à Brisbane en avril. Pas exactement trois mois de préparation. Et c’est très court. Donc si je peux vous donner un conseil, économisez, mettez à plat tout l’administratif, apprenez un peu la langue. Et ensuite seulement prenez votre visa et vos billets.

 

Dans quels pays ?

Aujourd’hui, beaucoup de pays sont ouverts aux Working Holiday Visa ou Permis Vacances Travail. Certains pays sont ouverts qu’à certaines nationalités. Et les visa varient niveau prix. Les plus connus en France sont le PVT Australien et le PVT Canadien mais il existe tout un tas d’autres pays.
Notamment la Nouvelle Zélande, la Colombie, le Chili, l’Argentine, le Brésil, le Mexique, Singapour, Honk Kong, le Japon ou encore la Corée du sud. Cette liste est bien sûr non exhaustive car vous avez également certains pays d’Europe qui sont ouverts au Working Holiday Visa.

Vous trouverez ici toutes les infos dans un tableau super bien foutu pour les PVT éligibles aux français. Je mettrais un bémol sur la partie australienne pour l’avoir obtenu. Il ne m’a pas couté le prix indiqué et les fonds à justifier ne sont pas vraiment obligatoires. J’avais mon billet retour mais pas les 5000$ lors de mon arrivée sur le territoire australien.

 

Mon Working Holiday Visa en Australie.

Quand vous êtes en France, l’écho général c’est la facilité à trouver du travail une fois le pied poser sur le sol australien. Désolée pour la désillusion mais ce n’est pas le cas. Il n’est pas aussi facile qu’il est annoncé de trouver du travail en Australie. Cependant, le pays des kangourous a un avantage que d’autres pays n’ont pas forcément. Il est très ouvert au wwoofing.

Le Wwoofing est le principe de travailler en échange d’un toit et des repas. Vous travaillez donc souvent pour une ferme qui ne vous paie pas mais qui vous loge et vous nourrit. C’est un très bon compromis selon moi pour commencer et prendre ses marques dans le pays. Tout d’abord parce que les australiens sont très accueillants.Et que beaucoup vous aideront dans vos démarches pour la banque, pour trouver du travail, pour vous corriger en anglais. Ca vous permettra également de vous adapter au mode du vie de votre pays d’accueil.

Trouver du travail.

Si je peux vous donner un conseil pour trouver du travail rémunéré, c’est dans un premier temps que votre anglais soit si ce n’est parfait, au moins fluide. Ensuite je vous conseil d’être présent avant la « saison ». J’entend par là que si vous voulez bosser à Melbourne par exemple, soyez sur place avant que la « saison » commence. Cela afin que tous les bars, cafés, magasins que vous allez démarcher ne soit pas déjà en plein recrutement ou déjà complet niveau équipe. N’hésitez pas non plus à vous rendre sur le site Gumtree et à postulez en ligne. Ce site est un peu le bon coin australien.

Les français ne sont pas toujours très bien vus en Australie. Il faut dire que notre réputation nous suit un peu, alors soyez courtois et positifs. L’Australie fait la taille de l’Europe et les Working Holiday Visa ne sont pas limités, vous serez donc nombreux venant de pleins de pays a chercher du boulot. Mais il y a de la place pour ceux qui veulent, qui sont motivés, travailleurs et souriants.

N’oubliez pas également que vous pouvez travaillez 6 mois maximum pour le même employeur. Et qu’il est préférable d’être déclarer afin que vous puissiez récupérer vos taxes à votre retour en France. Petite info qui peut surprendre au début, pour le type de boulot que vous ferez en Australie c’est à dire café, bar, restaurant, ramassage ou empaquetage fruits et légume, ou même certains magasins, vous serez payés à la semaine et en liquide donc ce sera à vous d’aller poser tout ça à la banque 😉

 

Le Working Holiday Visa oui ou non ?

Oui mille fois si l’aventure ne vous fait pas peur, si être seul(e) (si vous partez seul) ne vous angoisse pas. Que faire tout un tas de première fois vous tente. Et découvrir de nouvelles cultures, une nouvelle langue et vous ouvrir à de nouveaux horizons vous fait rêver alors oui foncez. C’est une expérience fabuleuse pendant laquelle on en apprends tous les jours un peu plus sur soi. Il y aura des coups de moins bien c’est sûr mais vous reviendrez changé et en adéquation avec vous même c’est une certitude.

Non si vous débrouillez tout seul(e) est pas dans vos qualités premières. Si dormir n’importe où (oui ça arrive) n’est pas vraiment votre truc. Ou encore si vous retrouvez loin de ce que vous connaissez et de votre confort ou encore de vos amis et famille vous angoisse. Privilégiez un voyage plutôt qu’un PVT.

 

J’espère que cet article vous aura appris des choses et aiguillez un peu si l’envie vous tentait. N’hésitez pas à me poser toutes vos questions en commentaire, j’y répondrais avec plaisir. Si vous avez des questions sur l’Australie en particulier également. Et retrouvez moi sur les réseaux pour encore plus d’interaction @nanadaventure.

Bon dimanche les copains.

4 thoughts on “– Working Holiday Visa: Pour qui ? Quand ? Où ? Je vous dis tout-

  1. Le PVT pour le Canada je voulais le faire, c’est peut être mon plus grand regret dans ma vie. Franchement les personnes qui ont encore cette occasion, il faut en profiter, je n’en entend que du bien et ça à l’air d’être une méga expérience. J’ai une copine qui a passé un an là bas, elle n’est jamais rentrée. Elle boss dans un chouette hôtel et adore la ville où elle est. Elle a visité plein de truc de fous, des paysage qu’on ne verrait jamais ici…
    I feel so sad roght now 🙁

    1. Je t’aurai poussé mille fois si j’avais su. C’est l’expérience d’une vie mais ne regrette rien. C’est la première règle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.